Est-ce que votre maison et voiture sont « zones sans boucane »?

pas-de-boucane-dans-ma-cabaneMa collègue Audrey et moi travaillons présentement sur la campagne Famille sans fumée. Nous avons lancé le programme Pas de boucane dans ma cabane le 28 octobre dernier en invitant les Québécoises et les Québécois à déclarer leur maison et leur voiture « zones sans boucane ». En s’inscrivant, les membres d’une famille s’engagent à éliminer la fumée de tabac de leur foyer et à faire respecter cette décision par leurs invités.

Saviez-vous que 14 % des enfants d’ici de moins de 11 ans sont régulièrement exposés à la fumée secondaire à la maison? Cette donnée est presque deux fois plus élevée que celle au Canada qui s’établit à 7,3 %.

Cette statistique est alarmante, surtout lorsqu’on sait que la fumée secondaire renferme au mois deux fois plus de goudron, de monoxyde de carbone et de nicotine que la fumée aspirée directement par le fumeur. Cette fumée est également six fois plus concentrée en formaldéhyde et contient 40 fois plus d’ammoniac. À la lecture de ces statistiques, un constat s’impose pour protéger les siens : pas de boucane dans ma cabane!

Les familles désireuses de participer à ce programme peuvent s’inscrire sur le site PasDeBoucaneDansMaCabane.ca. Elles auront ainsi accès à des trucs, à des outils ainsi qu’à des courriels d’accompagnement destinés à les guider et à les appuyer dans leur démarche. Les familles pourront aussi tester leurs connaissances sur, entre autres, la proportion de la fumée de cigarette qui est rejetée dans l’environnement, sur les composés chimiques qui se retrouvent dans la fumée secondaire, sur le pourcentage des familles québécoises qui interdisent l’usage du tabac à la maison, etc.

De plus, une famille sans fumée 2009 aura le bonheur d’aller respirer l’air de la Floride. Mais pour ça, il faut s’inscrire avant le 31 décembre 2009!

À la découverte du défi Dr Renaud

En septembre dernier, ma collègue Katia a fait le lancement d’un défi plus qu’intéressant pour ceux et celles qui souhaitent prendre soin de leur peau. Plusieurs journalistes ont assisté au lancement du « défi Dr Renaud »  le 23 septembre dernier dans les laboratoires de l’entreprise à Laval. De plus, plusieurs journalistes effectuent en ce moment dans le confort de leur foyer le défi Dr Renaud.Communications DrRenaud

Vous voulez relever le défi? Celui-ci est un concept en quatre étapes, allant de l’analyse de la peau à la recommandation d’un rituel beauté personnalisé. Il est simple et offert en institut de beauté par des esthéticiennes accréditées Laboratoire Dr Renaud au coût de 50 $.

Étape 1 – Prêt à relever le Défi? Prenez rendez-vous avec une esthéticienne accréditée Laboratoire Dr Renaud. Il s’agit d’un moment privilégié pour ensemble déterminer vos besoins et vos attentes et ainsi mieux définir votre rituel beauté personnalisé.

Étape 2 – La peau sous l’œil du SkinLab
On analyse alors votre peau au moyen d’un appareil nommé SkinLab. Vous pourrez, en même temps que l’esthéticienne, constater l’état de votre peau. Ainsi, elle vous expliquera les besoins spécifiques que requiert votre peau.

Étape 3 - Le soin « Coup d’éclat »
logo_defi_signature_fr_cmyk1On procède alors à un soin facial de quelques minutes. C’est le moment de se détendre et de se laisser aller aux bons soins d’une professionnelle. Apaisant et vivifiant, le soin facial laisse la peau lumineuse, revitalisée et liftée.

Étape 4 – Le coaching beauté et les résolutions
À ce moment, l’esthéticienne établira avec vous votre plan d’action beauté selon les besoins spécifiques de votre peau et les informations obtenues par les diverses étapes du défi. L’esthéticienne agira à titre de coach et vous guidera, sur une base régulière vers l’atteinte de vos objectifs beauté. Quelque soit la saison, quelque soit le moment de la journée, vous pourrez compter sur ses conseils pour mettre en place votre plan d’action et ainsi obtenir en 30 jours les résultats recherchés. L’objectif est de suivre le rituel beauté établi avec l’esthéticienne, et ce, pendant 30 jours, matin et soir.

Prêt à relever le défi? Moi, j’embarque!

La grippe A (H1N1): employeurs préparez-vous !

Alors que la grippe A sévit, les employeurs sont appelés à réviser leurs façons de faire afin d’atténuer une perte de productivité. « Soyez flexibles et, si possible, augmentez votre banque de congés », voilà essentiellement le message livré récemment par Me Pierre Pilote à l’occasion du petit déjeuner médiatique organisé par CASACOM pour son client Gowlings, l’un des plus importants cabinets d’avocats au Canada.

Pierre PiloteMe Pilote a notamment abordé l’obligation de l’employé à informer son employeur de symptômes grippaux, l’organisation du télétravail et la nécessité de retourner à la maison les employés présentant des symptômes. Dans ce dernier cas, Me Pilote a fait état de la Loi sur les normes du travail qui n’oblige pas la rémunération de tels congés tout en mentionnant que les employeurs ont toutes les raisons de rémunérer leurs employés absents afin d’éviter que des employés grippés se présentent au travail et contaminent leurs collègues.

Me Pierre Pilote est une référence en matière de droit du travail et ses textes sont, entre autres, publiés dans la revue de l’Ordre des conseillers en ressources humaines, Effectif et dans vigie RT. Me Pilote agit à titre de procureur patronal pour différentes sociétés qu’il conseille et représente, notamment en matière de relations de travail, de santé et sécurité au travail, de décrets de convention collective et de contrats individuels de travail.

Les « petits déjeuners Gowlings » sont désormais un rendez-vous trimestriel couru par les représentants des médias. Ils sont l’occasion de mieux comprendre les effets juridiques des grands dossiers de l’heure en ayant accès et en questionnant les avocats les plus chevronnés dans leurs secteurs. Cette année, les avocats de Gowlings ont traité de l’impact des plateformes de réseautage en milieu de travail, avec Me Claude Gravel et Me Julie-Martine Loranger, et de la Bourse du carbone avec Me Douglas Clarke et Me Simon Labrecque.