Les sciences du comportement aux services des relations publiques et des communications (1/2)

Les sciences comportementales (behavorial sciences) offrent un fascinant pan de connaissances pour les professionnels des communications et des relations publiques. L’intérêt pour cette discipline a été notamment ravivé par l’élection de Donald Trump et la croissance des fausses nouvelles.

Voici donc un bref « questions et réponses » sur ce fascinant sujet.

1.De quoi parle-t-on au juste?
Les connaissances en sciences comportementales renvoient à un ensemble de recherches visant à mieux comprendre comment les gens prennent des décisions et agissent en conséquence. Elles font référence à la psychologie, la neuroscience sociale et à la science cognitive, notamment. Avec celles-ci, nous cherchons à comprendre pourquoi les humains font ce qu’ils font et pourquoi ils ne font pas ce que nous pensons qu’ils devraient faire.

2.Quels genres de connaissances cela inclut-il?
Grâce aux sciences du comportement, nous en savons plus sur nous, êtres humains, et sur notre processus de décision. Voici quelques faits :

  • Nous ne sommes pas des êtres de raison. Notre raisonnement est en fait imprégné d’émotions. Aussi, il intervient après que les émotions se soient mises en action. De plus, il fonctionne plus lentement que les émotions qui, elles, interagissent rapidement. Cela influence largement notre point de vue, particulièrement sur des sujets sensibles.
  • Nous n’accordons pas beaucoup d’importance à l’avenir. Cela explique pourquoi les régimes se transforment souvent en échecs et que les cartes de crédit demeurent si populaires.
  • Nous carburons à l’optimisme. Mais attention! Cela est vrai pour nous-mêmes et nos proches, mais pas pour nos voisins et encore moins pour la planète!
  • Nous réagissons beaucoup plus fortement lorsque nous ressentons de la peur ou du dégoût.
  • Les contre-arguments nous convainquent rarement. Si nous entendons des informations qui contredisent une opinion solidement ancrée en nous, nous contesterons les sources ou la méthodologie. On dit même que des contre-arguments contribueraient à nous braquer.

3.En quoi les sciences comportementales ont-elles un impact sur nos stratégies de communication?
Les connaissances en science du comportement permettent d’augmenter l’impact des programmes et des campagnes de communications. Chez CASACOM, ces sciences nous amènent à raffiner le portrait de nos publics cibles, à réfléchir plus en profondeur à leurs comportements potentiels et à perfectionner nos messages pour s’assurer de leur efficacité. Doublé à notre approche axée sur les données, nous réussissons à générer des résultats non seulement probants, mais mesurables.

Qu’en pensez-vous? Dans la 2e partie de cet article, je présenterai quelques exemples de mises en œuvre des sciences comportementales dans notre domaine.

CASACOM présente son studio de création de contenus

Répondant à une demande croissante en création et production de contenus tant visuelle que rédactionnelle, CASACOM élargit son offre de service et lance son studio créatif. Formée de Catherine Chantal-Boivin, conseillère principale spécialisée dans la production de vidéos, Stacy Cavery, conseillère en analyse numérique et Niti Mueth, infographiste, l’équipe du studio CASACOM développe des contenus originaux et ciblés qui amplifient la portée des programmes de relations publiques déployés pour les clients.

Les créations du studio CASACOM s’appuient sur un processus qui se décline en cinq étapes.

  • L’analyse des données
    • Google Analytics, médias sociaux, infolettres, téléchargements, vidéos : l’étude des données de l’écosystème numérique d’une marque permet d’identifier des tendances qui guident la création de contenus.
  • La planification
    • Le « cimetière » de contenus s’agrandit tous les jours. Trop de contenus meurent avant d’avoir atteint les consommateurs. Le choix du support (visuel, vidéo, audio, texte), la pertinence des contenus, le budget de promotion et la fréquence de diffusion font l’objet d’une planification serrée.
  • La création
    • Des capsules vidéo aux GIF animés en passant par des infographies, nous produisons des contenus personnalisés à la réalité et aux besoins des clients.
  • Le déploiement
    • Selon les besoins, nous pouvons diffuser les contenus créés sur les plateformes web et sociales, ou encore accompagner l’équipe du client à ce niveau.
  • L’évaluation
    • Portée, tonalité, taux d’engagement et conversion : les campagnes de contenus numériques génèrent une foule de statistiques. Tirer avantage de ces données est clé pour parfois réajuster le tir et toujours améliorer les campagnes à venir.

Chez CASACOM, nous croyons que seuls les contenus originaux offrant une réelle valeur ajoutée permettront aux organisations de se démarquer dans la mer d’informations diffusées chaque jour. Avec notre nouveau studio, nous aidons nos clients à se faire voir et entendre auprès de leurs publics, en leur offrant des contenus numériques arrimés à une véritable stratégie de relations publiques.

Annonce de deux promotions: Une équipe de communication marketing consolidée chez CASACOM

L’équipe de communication marketing de CASACOM se voit rehaussée avec deux récentes nominations. Marie-Josée Gagnon, présidente fondatrice, est en effet heureuse d’annoncer la promotion de Claudia Bussière-Ladouceur au poste de conseillère principale, Communication-marketing, de même que celle de Noémi Foucault à celui de conseillère, Communication-marketing. Ces deux ressources avaient toutes deux été coordonnatrices au sein de CASACOM.

Arrivée chez CASACOM il y a deux ans et demi, Claudia Bussière-Ladouceur a su gravir les échelons avec éclat. Experte des relations médias et influenceurs, notamment grâce à sn approche créative et personnalisée, Claudia est reconnue pour son dynamisme et son service client exceptionnels. Elle a notamment développé son expertise en travaillant avec des marques telles que Netatmo, Etsy Canada, Urban Barn et Lexus Canada.

Noémi Foucault a, quant à elle, fait ses débuts chez CASACOM comme stagiaire il y a un an et demi. Grâce à sa grande capacité d’apprentissage, son engagement hors pair et son sens aigu de l’analyse, son développement professionnel s’est fait très rapidement. De la recherche aux relations médias et influenceurs, en passant par l’organisation d’événement et la gestion de communauté sur les médias sociaux, Noémi maîtrise déjà plusieurs aspects des relations publiques.

« C’est toujours avec une grande joie que je vois de jeunes ressources prendre leur envol au sein de notre firme. Claudia et Noémi représentent ce qu’il y a de mieux chez CASACOM, soit l’engagement sincère, le professionnalisme et la recherche constante de résultats pour nos clients », de dire Marie-Josée Gagnon.

Prédiction #4 – L’analyse prédictive pratique

Alors que nous sommes à peine remis de l’analyse en temps réel, voilà que l’intelligence artificielle (IA) introduit de nouvelles capacités de prédire les comportements futurs. Plus précis que les outils utilisés pour la prévision météo, des algorithmes permettent déjà de bâtir des calendriers prédictifs et de déterminer les meilleurs moments de l’année, de la semaine ou de la journée pour envoyer des messages. Toujours à partir des données existantes, d’autres sont en mesure de prédire l’influence qu’aura une personnalité sur les personnes qui la suivent ou encore d’évaluer l’impact et la durée d’une nouvelle d’entreprise.

Imaginez les possibilités non seulement en communication marketing mais également en gestion de crise!

En 2018, nous prédisons que l’offre d’outils et de programmes d’analyse prédictive sera bonifiée et deviendra accessible aux entreprises et aux firmes de relations publiques.

En même temps, en 2018, nous prédisons que la fine expérience et le jugement des consultants en communication demeureront nécessaires pour bien évaluer à l’avance la portée des gestes de communication.

La tempête Trump : menaces, possibilités et impératifs

À l’image de nos trottoirs glacés, l’hiver 2017 s’annonce pour le moins glissant. La tempête Trump nous étourdira plus que jamais. Elle traînera avec elle la démagogie à outrance et la post-vérité dans sa forme la plus virulente, alors que les émotions et les opinions personnelles semblent désormais avoir davantage de poids que l’objectivité des faits.

Perdra-t-on pied avec la venue de ce style présidentiel nouveau genre? Dans quelle mesure serons-nous affectés par les décisions de celui qui ne cesse de susciter la controverse? Et si la façon de faire de Trump incitait certaines organisations et marques en quête d’attention à glisser jusqu’à emprunter des avenues malavisées?

Un étrange modèle

Souhaitons que les dirigeants sauront résister à la tentation d’imiter le nouveau chef d’État. Comment bâtir une relation de confiance lorsque mensonges délibérés et déclarations intempestives deviennent de vulgaires banalités? Après tout, un leader, qu’il soit à la tête d’une nation ou d’une entreprise, devrait peser ses mots pour ensuite assumer sa parole jusqu’au bout. En éclaboussant ceux qu’on considère comme ses adversaires, on doit s’attendre à se faire asperger à son tour. Ignorer les journalistes qui dérangent sans ressentir le moindre remord et nier la réalité lorsque celle-ci déshonore, n’est-ce pas plutôt ce qu’on pourrait caractériser de « Wrong! Wrong! Wrong! », pour paraphraser le principal intéressé?

Comme nous le savons tous maintenant, il ne faut plus sous-estimer l’influence Trump et aussi celle de ses partisans. La communication poubelle a visiblement déjà bien des adeptes. La question demeure : atteindra-t-elle notre profession? Si oui, qui se tiendra debout face au populisme d’entreprise? En attendant de connaître la réponse à cette question, allons relire nos codes de déontologie…

La prochaine année sera un test pour les communicateurs et leurs clients. Il ne faudra pas céder. Sinon, comme le disait Meryl Streep aux derniers Golden Globes, « Nous serons tous perdants. »

Délier la muselière

La victoire de Trump a trouvé sa source auprès d’une population importante qui se sent délaissée par les pouvoirs politiques et médiatiques traditionnels. Qui sait, la vague Trump se limitera peut-être à éliminer la langue de bois et le politiquement correct!

Toutefois, nous sommes bien conscients que, par la force des choses, la chaussée risque de demeurer glissante quelque temps (les hivers sont souvent longs, vous savez!). Mais si cette instabilité nous poussait à redoubler de prudence, à nous informer davantage, voire à nous impliquer et à prendre part aux débats?

Soyons optimistes un instant. Voici la possibilité pour les communicateurs de parler plus clairement, de manière directe et honnête en touchant le cœur des gens.

Plus que jamais en 2017, il sera important:

  • de parler vrai;
  • d’étoffer ses propos en s’appuyant sur des preuves;
  • d’avoir ou d’être un porte-parole crédible et humain;
  • d’écouter, vraiment.

En cette année charnière, la vigilance et l’ouverture d’esprit seront essentielles au succès des communicateurs.