DONNÉES ET RP FONT BON MÉNAGE

« Si je n’ai pas accès à votre Google Analytics, c’est comme si vous me signiez un chèque en blanc ». Cette phrase entendue l’automne dernier dans une conférence de Public Relations Society of America (PRSA) sur les meilleures pratiques pour évaluer et mesurer les campagnes de RP m’a longtemps trotté dans la tête. Récemment, le sujet était aussi à l’honneur chez Infopresse, qui a tenu une journée de conférences sur l’utilisation judicieuse de la donnée en marketing. Je vous partage trois éléments de ces présentations qui ont retenu mon attention.

Trois nouveaux (au moins) en relations publiques
Aptitudes en marketing, en édition de vidéos et en analyse des données. Non, il ne s’agit pas des compétences les plus recherchées en vente ou en publicité, mais bien… en relations publiques, selon PR Daily. Le contenu est roi et il se décline sur une panoplie de canaux. Ces nouveaux véhicules numériques génèrent une quantité de données qu’il faut harnacher, compiler et analyser pour juger de l’impact réel d’une campagne. D’une simple vidéo diffusée sur les médias sociaux, on peut tirer : le nombre de vues, de partages, de mentions j’aime et de clics vers un site, ainsi que la durée des visionnements et le taux d’engagement. Voilà autant de statistiques précieuses qui contextualisent l’impact d’une campagne.

Au-delà des relations de presse
Même l’étude des campagnes qui se déploient principalement dans les médias traditionnels peut être rehaussée par l’analyse numérique. Plusieurs options existent, à commencer par les interactions suscitées par la diffusion d’un article sur les médias sociaux. Les comptes de grands médias diffusent plusieurs nouvelles chaque heure. L’engagement qui en découle offre de précieuses informations. Des outils comme BuzzSumo permettent aussi d’obtenir le nombre de partages des liens de reportages dans les principales plateformes sociales.

Une donnée n’est rien sans contexte
Les données ont longtemps été l’apanage des spécialistes en marketing. Les communications numériques ont changé la donne. Et c’est pour le mieux, car nous bénéficions de nouveaux outils pour connaître avec précision l’impact des actions de RP. La multiplication des données disponibles s’accompagne toutefois d’une explosion de rapports remplis de chiffres bruts non contextualisés. Ce que Roger Kapena d’Aviso, qui participait à un atelier sur le sujet à Infopresse, appelle le garrochage de données. Repérer les chiffres les plus pertinents qui vont permettre d’identifier des tendances et apporter une réelle valeur aux organisations devient un art qu’il faut maîtriser. Chez CASACOM, nous nous faisons un devoir de présenter que les données qui apportent une plus-value.

Les RP en mouvement
L’industrie change, et au sein de notre équipe, nous vivons cette transformation dans l’action. Nous étions d’ailleurs très fiers de présenter notre Studio CASACOM, qui offre la conception et la production de contenu (design, vidéo, etc.) couplées à l’analyse de données. Et vous, comment vivez-vous la transformation numérique?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *