Les sciences du comportement aux services des relations publiques et des communications (1/2)

Les sciences comportementales (behavorial sciences) offrent un fascinant pan de connaissances pour les professionnels des communications et des relations publiques. L’intérêt pour cette discipline a été notamment ravivé par l’élection de Donald Trump et la croissance des fausses nouvelles.

Voici donc un bref « questions et réponses » sur ce fascinant sujet.

1.De quoi parle-t-on au juste?
Les connaissances en sciences comportementales renvoient à un ensemble de recherches visant à mieux comprendre comment les gens prennent des décisions et agissent en conséquence. Elles font référence à la psychologie, la neuroscience sociale et à la science cognitive, notamment. Avec celles-ci, nous cherchons à comprendre pourquoi les humains font ce qu’ils font et pourquoi ils ne font pas ce que nous pensons qu’ils devraient faire.

2.Quels genres de connaissances cela inclut-il?
Grâce aux sciences du comportement, nous en savons plus sur nous, êtres humains, et sur notre processus de décision. Voici quelques faits :

  • Nous ne sommes pas des êtres de raison. Notre raisonnement est en fait imprégné d’émotions. Aussi, il intervient après que les émotions se soient mises en action. De plus, il fonctionne plus lentement que les émotions qui, elles, interagissent rapidement. Cela influence largement notre point de vue, particulièrement sur des sujets sensibles.
  • Nous n’accordons pas beaucoup d’importance à l’avenir. Cela explique pourquoi les régimes se transforment souvent en échecs et que les cartes de crédit demeurent si populaires.
  • Nous carburons à l’optimisme. Mais attention! Cela est vrai pour nous-mêmes et nos proches, mais pas pour nos voisins et encore moins pour la planète!
  • Nous réagissons beaucoup plus fortement lorsque nous ressentons de la peur ou du dégoût.
  • Les contre-arguments nous convainquent rarement. Si nous entendons des informations qui contredisent une opinion solidement ancrée en nous, nous contesterons les sources ou la méthodologie. On dit même que des contre-arguments contribueraient à nous braquer.

3.En quoi les sciences comportementales ont-elles un impact sur nos stratégies de communication?
Les connaissances en science du comportement permettent d’augmenter l’impact des programmes et des campagnes de communications. Chez CASACOM, ces sciences nous amènent à raffiner le portrait de nos publics cibles, à réfléchir plus en profondeur à leurs comportements potentiels et à perfectionner nos messages pour s’assurer de leur efficacité. Doublé à notre approche axée sur les données, nous réussissons à générer des résultats non seulement probants, mais mesurables.

Qu’en pensez-vous? Dans la 2e partie de cet article, je présenterai quelques exemples de mises en œuvre des sciences comportementales dans notre domaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *